AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Saleté d'Ailes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je commence à être cool avec mes 200 messages passés


Parlottes : 329



Feuille de personnage
Mes belles relations:
Mon petit barème:
Pouvoir & Particularités:

MessageSujet: Saleté d'Ailes...    Sam 10 Déc - 20:06

Il est bien difficile de tenir debout lorsque deux nouveaux membres font désormais parti de votre anatomie. Je vous assure. Ce n’est ni chouette, ni cool, ni sympathique, ni drôle, et encore moins agréable. Certaines personnes seraient ravies de pouvoir voler avec ces choses qui me servaient d’ailes sur le dos. Encore fallait-il pouvoir s’en servir. Parce que non, cela ne s’apprenait pas en quelques minutes. Et mon arrivée sur ces nouvelles terres dataient de… euh, deux heures, tout au plus ? Agacée, je tournais en rond dans une clairière illuminée par des champignons phosphorescents. La nuit était tombée, seule la lumière dégagée par ces plantes à l’aspect peu appétissant pouvant me guider dans cette forêt que je ne connaissais pas. J’avais faim, mais je n’osais pas m’approcher des plantes qui clairsemaient le sol.
J’agitais mes ailes, essayant de pouvoir m’en servir. Je n’arrivais pas à croire que je disposais de ces engins, directement reliés à ma colonne vertébrale, me permettant, je l’espérais, d’explorer les cieux. Je n’avais jamais été touchée par une idée telle que celle-ci, toutefois, ce concept ne me paraissait plus si étrange maintenant que j’étais dotée de ces plumes. « - Y a-t-il quelqu’un ? Youhou ? » Je paradais sans aucune protection dans ce lieu étrange, ne cherchant même pas à me protéger d’un quelconque prédateur. L’Orginel avait néanmoins eu la bonté de m’expliquer une histoire de troupeau, que je faisais parti de celui des Continentaux. Cela me rassurait de savoir que d’autres êtres dans le même cas que le mien parcourrait cette terre assez inhospitalière aux premiers abords. L’encolure basse, les naseaux cherchant un brin d’herbe comestible, je continuai ma route, sentant le désespoir envahir mon cœur.

˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙
Ciel : lieu de délices que l'on dit être le Paradis et d'où nous arrivent aussi la pluie, la foudre, la grêle et les bombes.