AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Je commence à être cool avec mes 200 messages passés


Parlottes : 329



Feuille de personnage
Mes belles relations:
Mon petit barème:
Pouvoir & Particularités:

MessageSujet: Pourquoi ?!   Dim 11 Déc - 11:30

Il arrive parfois que certaines personnes – la chance ou le destin – vous mettent des bâtons entre les roues. Il peut arriver que certaines choses dérapent, se passent mal, pas du tout comme vous l’aviez prévu. De temps en temps, la fortune vous sourit, présente à vos côtés. Disons que je suis dans le premier cas. Après avoir été coupée de toutes mes anciennes relations, envoyée sur des territoires qui m’étaient inconnus, peuplés d’équidés certainement tout aussi paumés que moi, l’Originel s’était cru très drôle – j’en ris encore – de me faire le « cadeau » - avec de gros guillemets- de me doter de deux magnifiques ailes dans le dos. Il n’y avait pas à dire, la surprise était réussie : les deux appendices étaient extrêmement musclées. Assez pour me soulever. Leurs plumes étaient d’une magnifique couleur grise, argentée, semblable aux reflets d’une ondée pure, et le muscle les retenant à mon dos prenait une superbe couleur foncée, assortie à mes crins et à mes sabots. Je ne pouvais le nier : ces membranes étaient juste splendides.
Lorsque l’on savait s’en servir.

Bah oui, avec ces magnifiques muscles en plus, l’Originel n’avait pas vraiment eu l’intelligence de me filer un mode d’emploi avec. À cause de cela, je me retrouvais dans une situation quelque peu… MORTELLE. Je me balançais au bout de ces deux ailes totalement déconnectées de mes envies. Elles arrivaient très bien à me porter, ô que oui ! Je volais disgracieusement au dessus d’un vide de plusieurs mètres, que dis-je, kilomètres ! dans des terres qui m’étaient inconnues. Le soleil tapait violemment sur mon crâne, tandis que ma gorge se desséchait. Mes ailes battaient furieusement l’air, essayant de garder un minimum d’équilibre. Au bout d’un moment, j’avais réussi à me stabiliser au rythme des battements, puissants, soulevant des gerbes de poussière lorsque je m’approchais un peu trop du sol. « – SALOPERIE D’ORIGINEL. hurlai-je soudainement à pleins poumons. » De quels droits avait-il de m’arracher à mon monde, de violer mon intimité en m’ajoutant des membres dont je ne voulais pas, de m’envoyer bouler sans me regarder de plus près, alors que je n’avais jamais rien demandé ? Je ne m’étais jamais plainte de ma vie, je n’avais jamais voulu en échanger. Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Pourtant aucune envie de pleurer ne me vint. J’avais habituellement la larme facile ; ici je n’arrivais pas à évaluer si mon malheur était ridicule ou bien réel. « - Quelqu’un pourrait m’aider ? Par pitié… »

˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙ ˙
Ciel : lieu de délices que l'on dit être le Paradis et d'où nous arrivent aussi la pluie, la foudre, la grêle et les bombes.